Vous êtes ici : Accueil > Le blog > Référencement > La marque : planche de salut du netlinking ?

2

sep
2014

La marque : planche de salut du netlinking ?

Il y a quelques jours, suite à la nouvelle vague de pénalisation d’annuaires, l’un des tweetos de ma timeline a interpellé Zineb Ait [1] avec insistance afin de comprendre quelles sont les limites à ne pas franchir aux yeux de Google.


Renvoyé par Zineb vers le forum de Google, Fabien n’a pas désarmé et n’a eu de cesse d’obtenir une réponse.

J’ai suivi cet échange avec intérêt. Non pas tant pour percer le secret de Google à propos des annuaires (à vrai dire, ce débat m’ennuie) que pour voir si Fabien allait obtenir des réponses, habitués que nous sommes à la langue de bois de Google.

Et je n’ai pas attendu pour rien : deux phrases de Zaneb ont fortement retenu mon attention, et m’amène à une réflexion sur le netlinking, sans rapport spécifique avec les annuaires d’ailleurs. Les paragraphes qui précèdent avaient pour but de vous donner le contexte.

Google, semeur de cailloux

L’erreur souvent commise est de tenter d’analyser les changements de Google isolément. C’est souvent stérile. Parfois même, les décisions nous semblent folles ou dénuées de fondement. Ce n’est qu’en prenant de la hauteur, en recoupant différents changements et annonces, et en les mettant en perspective parfois sur une très longue durée, que les choses prennent sens.

Google, tel le petit Poucet, sème des cailloux blanc sur la route. Plutôt que de butter dessus, ramassez-les : à terme, les cailloux s’emboîtent souvent comme des pièces de puzzle, montrant le chemin à suivre.

C’est ce qu’il m’a semblé déceler dans ces deux phrases de Zineb.



Dans ces deux posts, Zineb insiste fortement sur la marque :

  • « A terme, le ratio requêtes marque/requêtes génériques devrait être > 1 »
  • « La majorité de leurs impressions se font sur des requêtes marque ou marque+mot-clé générique, ce qui démontre bien qu’ils ont d’abord acquis une notoriété et qu’ils offrent une vraie VA (ndlr : valeur ajoutée) à leurs visiteurs. »

La marque et le SEO

Quel rapport entre ces deux phrases et le netlinking ?, me direz-vous. En effet, Zineb parle bien de requêtes et d’impressions dans le moteur de recherche. Une minute, j’y viens.

J’ai repensé au petit Poucet. Et je n’ai pu m’empêcher de me remémorer quelques autres indices semés par Google au fil du temps.

  • Lancement des pages Google+ pro, devenues ensuite Google+ local (novembre 2011)
  • Dépréciation des Exact Match Domain au profit des noms de domaine centrés sur une marque (octobre 2012)
  • Dépréciation des Partial Match Domain (août 2013)
  • Fusion des pages Google Adresse et Google+ local en Google My Business (juin 2014)
  • Disparition progressive de l’authorship au profil du PublisherShip (de juin à août 2014) [2]

J’aurais sans doute pu trouver encore d’autres exemples, mais ceux-ci sont déjà suffisants pour déduire une volonté de Google de donner de plus en plus de visibilité aux marques.

La marque et le netlinking

Poussant la logique encore plus loin, je me fais la réflexion suivante. Depuis Penguin, on assiste dans le SEO à une grosse vague de désoptimisation des sites, et principalement des ancres de backlinks sur-optimisées, qui semblent bien déplaire au plus haut point à Google.

De nombreux SEO préconisent de supprimer le texte d’ancrage des liens au profit de l’URL, purement et simplement.

En assemblant les cailloux blancs, je ne peux m’empêcher de m’interroger : et si la bonne solution était une ancre de marque ? Et si le « ratio requêtes marque/requêtes génériques devrait être > 1 » de Zineb s’appliquait aussi aux ancres des backlinks ? Suffirait-il d’avoir plus de 50% des liens ancrés sur la marque ?

En cherchant des infos pour écrire cet article, je n’ai pas trouvé grand chose abordant ce sujet. Si ce n’est un article de 2013 – mais pas des moindres puisqu’il vient de Searchmetrics – mentionnant ceci :

« Les marques font figure d’exception à de nombreuses règles
L’an dernier, les marques tenaient une place particulière. Cette tendance se confirme cette année : pour les marques – et leurs sites internet – les moteurs de recherche ne semblent pas appliquer les mêmes critères que pour les autres domaines. Par exemple, il semblerait que Google considère normal que les marques possèdent comparativement plus de backlinks avec seulement la marque dans le texte de lien – cad des « liens brandés » – sans pour autant que ça ne les impacte négativement. »
 [3]

Et vous, pensez-vous que la marque soit le salut du netlinking ?

[1Zineb Ait est Webmaster Trends Analyst chez Google à Zurich

[2Pour tenter de s’y retrouver dans la succession chaotique des annonces de Google à ce propos, je vous invite à lire les précisions chez Arobasenet

tags Débat   •   Google   •   SEO

Vos commentaires

7 Messages


  • 3 septembre 2014  à 08:37 — Par Viala • Site web : http://www.auxandra.com

    "L’erreur souvent commise est de tenter d’analyser les changements de Google isolément", je suis parfaitement d’accord avec votre commentaire car étant SEO depuis près de dix ans, j’observe que la mise en place propre des 4 étages de la fusée SEO et de la qualité du contenu en particulier n’ont jamais cessé d’être efficace pour créer de la visibilité. C’est le cas sur le site d’Auxandra.com qui en quatre mois, parce que le site a été refait avec des contenus de qualité (entre autre) a acquis une visibilité dans le top 10 qu’il n’avait pas atteint précédemment malgré une quantité astronomique de pages ... inutiles ! Merci pour votre article.



  • 3 septembre 2014  à 09:36 — Par Marc • Site web : http://soref.fr

    La marque, c’est le passe droit de l’EMD :-) Ce qui a retenu mon attention dans l’échange auquel vous faites référence, c’est ce passage :

    même si l’encre du lien n’est pas optimisée ?
    Zinebb : Si vous pensez déjà à cela, c’est que forcément les liens ont été créés pour un moteur de recherche et pas pour apporter une information pertinente à l’utilisateur.

    Or, là, il y a clairement un problème : un lien peut être clairement avec une optimisée ET de qualité en apportant une information pertinente à l’utilisateur. Je ne vois pas en quoi un lien n’aurait pas cette double utilité : pour l’internaute, et pour le site. Car alors, que penser des milliards de pages web publiées par des blogueurs qui sont complètement ignorants de toute cette guéguerre nofollow/dofollow ? Les liens optimisés qu’ils font "naturellement" pénalisent-ils leurs sites ou le site lié ? ah ah ah



  • 3 septembre 2014  à 09:58 — Par Carine (eComPosition) • Site web :

    @Marc
    Je suis bien d’accord avec toi ! Je me souviens, il y a 10 ans, je fustigeais les auteurs encore peu habitués au web qui émaillaient leurs textes de trucs du genre : Pour en savoir plus sur blablabla, cliquez ici : http://www.url-a-rallonge-et-generalement-fort-imbuvable.tld. Je leur disais : le lien a une ancre, servez-vous en, bon sang ! Ça perturbe la lecture.

    Google dit vouloir du naturel : quelle hypocrisie !
    - Tout d’abord, le lien naturel est en DoFollow : il ne viendra jamais à l’esprit d’un "naïf" d’affubler son lien d’un rel="nofollow". Il ne sait même pas que ça existe !
    - Ensuite, quand je vois des SEO désoptimiser les liens qu’ils ont posés pour les remplacer par des URL... en quoi est-ce que ces liens deviennent soudainement plus naturels ? Cela reste des liens posés tout à fait artificiellement pour le référencement. Google nous prend vraiment pour des cons.



  • 3 septembre 2014  à 12:29 — Par Maxime • Site web : http://www.maxime-denizon.fr

    Je pense que vous êtes sur la bonne piste. La marque est souvent (pour ne pas dire toujours) le point d’ancrage d’une stratégie de communication, il en va de même pour le référencement naturel et Google. Travailler son image de marque se traduit par donner de la popularité à votre structure et donc, à vos services (et non l’inverse).
    Google a bien compris que pour avoir une popularité, il faut avoir un nom / une marque. Quel que soit le secteur, il n’y a pas de grandes sociétés qui s’appellent par leur produit ou service :
    voiture pas cher / Dacia
    Smartphone haut de gamme / Apple
    achat appartement / Orpy
    avion de ligne / Air France
    ...

    Combien de personnes recherchent votre entité pour son nom et combien la recherchent pour ses services ?
    Pourquoi le concept de marque existe-t-il ?
    Pourquoi Google cherche-t-il plus de pertinence et pourquoi le netlinking mettait en danger cette pertinence ?

    Les réponses à ses questions permettent aisément de comprendre pourquoi le netlinking doit être majoritairement orienté vers la marque.



  • 7 septembre 2014  à 04:16 — Par Marie-Aude • Site web : http://www.lumieredelune.com

    Hello

    c’est d’autant plus intéressant que je suis totalement d’accord :D

    Tout simplement parce que la marque est un élément de trust

    PS : il manque une url de flux rss dans la page, pas moyen de s’abonner via son lecteur préféré



  • 10 septembre 2014  à 15:34 — Par Kurg • Site web :

    @maxime plutôt d’accord dans l’ensemble mais il y a bien quelques exceptions, qui ont sublimé ce concept, en faisant que leur produit prend le dessus sur la marque ; par exemple, Microsoft communément appelée la société Windows.
    Quoi qu’il en soit, la marque doit bien sûr être le centre de la stratégie de communication au départ, et devenir le point d’ancrage pour les suivantes.



  • 10 septembre 2014  à 21:21 — Par Gaëtan • Site web : http://www.aufildunet.com

    Article très intéressant.

    J’aimerais avoir votre avis sur une chose : je suis développeur et viens de lancer un petit blog sur le marketing que j’ai nommé "au fil du net". Le nom de domaine est www.aufildunet.com. En soi, c’est une suite de mots : est-ce pour autant une marque ? Je l’ignore. Comment Google pourra-t-il faire la différence entre le cas que je viens de décrire et un site nommé "blog digital marketing" avec un nom de domaine du genre www.blogdigitalmarketing.com ?

    La seule réponse que je vois est que personne ne cherche "au fil du net" (pour l’instant ;-) ) car ce ne sont pas des mots-clés. Par contre la requête "blog digital marketing" est recherchée. Selon vous, Google utilise-t-il cette façon de faire pour distinguer l’un de l’autre ou faudra-t-il bientôt inventer des mots pour avoir de "vraies" marques ?

Vous brûlez d'envie de laisser un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

 Merci de prendre le temps de lire les conditions d'utilisation du blog avant de poster